Inroduction de Johnny Beckaert

Home / Inroduction de Johnny Beckaert

« Au commencement était la lettre »

De la lettre à la typo. Lettre, pierre angulaire de la conception graphique. Primordiale et essentielle. Aucune communication sans alphabet. Sans lettres, pas de livre, ni d’ affiche pas de logo ni de vitrine, pas d’image de rue ni d’ image écran.

Créer un alphabet. Pour la passion et par l’application. Dédié à cette affiche à laquelle le créateur veut marier la lettre la plus juste, ou pour la personnaliser, lui donner un supplément d’âme, ou plus simplement pour l’amour de la création. A partir d’un premier jet spontané, des formes fragmentaires, l’embryon d’une idée. Le long chemin de la recherche.

Développer un alphabet. Librement conçu ou volontairement construit. interférences entre le noir en conversation avec le blanc, contrastes visibles entre présence et absence, interaction entre rondeur et linéarité. Formes tout en courbes et en droites, toujours évaluées, constamment réévalués, encore et toujours retravaillées. Lettre-image, lettre-mot, des versions de lettres et encore des versions. Laquelle choisir? Composer des mots pour peaufiner les lettres, faire réagir les lettres entre elles.

Mettre au point un alphabet. Injecter les lettres dans un programme de polices. Déterminer l’approche entre ces lettres, bas de casse et capitales dans leurs 2.028 combinaisons. Et seulement après, voir les chiffres s’aligner et les signes sautiller. Les jours s’enfilent en semaines et en mois. Pointilleux, inventif, puis, les doutes, l’espoir, persévérance, continuité, attention absolue. L’expression de soi dans le minimalisme. Sans gain aucun, mais par passion assouvie. Et, enfin! la police aboutie. La finalité ou n’est-ce qu’une respiration avant l’ ultime tentative de perfection ?

Une police de caractères. Au service de la lettre. Du mot. In fine, l’humilité. Le rôle subalterne. L’anonymat du créateur de caractères. La police, à peine visible au commun des mortels…

Choisir un type de lettre. Metteur en page, typographe, graphiste. La passion pour l’alphabet, le mot, le texte. L’enthousiasme de vouloir cet alphabet qui sert si bien la création, qui lui accorde l’évidence. Passer en revue un grand nombre de polices, les impliquer, les tester, les juger dans la phase de conception. Imprimer, observer, soupeser. Laquelle est la plus appropriée ? Quel corps et quelle graisse ? Evaluer, découvrir comment le gras des lettres et des mots devient le corps du texte. Observer l’interaction des dimensions, des gris et des couleurs. La position, les lignes, les blancs les marges, la page. Soupeser, pour finalement, réinventer la police élue, lui donner un nouveau statut, lui conférer une présence tout à fait personnelle. Réfléchie à l’extrême et cependant extrêmement créative.